Valérie Colette-Folliot, Professeur d'histoire et d'esthétique de la danse


Dédicaces précédées d'une introduction au concept de Corps dansant glorieux

" Au-delà ; en agent direct du cœur, il y a le geste. Tout réciproquement, dans le mouvement il y a le souffle, la vie des formes en l’apesanteur dansée. Conscience à fleur de peau, en filigrane une coïncidence entre la peau et la chair du temps, en sa toute connaissance, témoigne de l’insaisissable élévation du corps par l’esprit des lumières. Et l’élévation des esprits par le corps en saltation diffuse sa lumière, son charme, sa loi, l’ineffable expérience parcourant ces lieux empreints du sentiment d’amour. Corps dansant glorieux en personne, le phénomène-évènement d’une présence à soi pointe en soi l’intangible et le tangent jusqu’aux évidences les plus criantes de vérité. Ce premier tome de L’Apesanteur dansée focalise les aspects et modalités du fait religieux à l'œuvre dans l'imaginaire chorégraphique.

Ici et là des impressions confondues – impressions prenantes nées de sensations prégnantes, énigmatiques. Les réminiscences s'accentuent dans le poids du souffle, le souffle du poids, la respiration du mouvement des mots et des choses condensant l'archétype du héros : le corps de lumière, ce corps rédempteur qui sauve par une idée, un concept, une réalité. Aussi, le signe pleinement réalisé, accompli, voire augmenté, ne se manifeste-t-il jamais plus quand il danse, au risque de l’être au monde. Ce qui paraît en scène se rejouer de toute éternité en un instant devient le plus bouleversant qui soit : l’éphémère. Fragilité de l’être humain aux prises à sa vie, son histoire, sa geste. L’émotion se nourrissant de motions, d’accords parfaits, la mise en mouvement de la fabrique fait revenir l'ombre de loin, par déposition, par acte manqué marquant la cadence en différance.

Or le signe, le signe transcendantal du théâtre se développe en contrepoint d’un texte agi en silence par sa beauté intérieure en sa solitude. Mais, que de lumières recueillies ! Que d'éclat quand l’étincelle réfracte sur ce vécu sublime un océan d’amour et tant de rage en larmes ! Alors, la danse vit à l’exemple des plus isadorables, et l'on croirait sacrifier à sa plus belle. Telles restent entières nonobstant les vertus du mouvement dansé de l'âme des temps. Par quel savant moteur, ou vierge mesure, l'apesanteur dansée se produit-elle ? Langage d'extase, cet art de l'immatérialité ravive l'état de grâce, une certaine beauté : la légèreté qui ouvre le corps, d'après la tradition classique, aux domaines de la joie, soit : l'incommensurable étendue, l'incomparable lumière au miroir – le Corps dansant glorieux en thème majeur d'une libération de soi. "

                                                                                                                                                      Valérie Colette-Folliot



Valérie Colette-Folliot
L'Apesanteur dansée ou le Corps dansant glorieux
Une idée, un concept, une réalité
Tome I
édité par L'Échappée Belle Édition
Date de parution : mars 2015
ISBN : 978-2-919483-228
Prix : 20 €
Fiche sur le site de l'éditeur

 

PARCOURS
Enseigne depuis 1993 l’histoire de la danse.
Professeur d’enseignement artistique en culture chorégraphique et histoire de la danse au Conservatoire de Rouen et au Conservatoire de Caen.
Formatrice en histoire de la danse au Centre de formation Danse Perspective - Caen et au CEFEDEM de Normandie - Rouen.
Membre de jury pour l’unité de valeur d’histoire de la danse du diplôme d’Etat de professeur de danse (sur liste du Ministère de la Culture et de la Communication), Caen, Rouen, Paris, Marseille, Aurillac.
Chargée de cours en histoire et esthétique de la danse pour le Département des Arts du Spectacle, licence cinéma-théâtre de l’Université de Caen, Basse-Normandie.
Conférencière pour le Bac Lettres, option danse au Lycée Louis Liard de Falaise, au CCN de Caen Basse-Normandie, direction Fattoumi-Lamoureux, au Département des Arts du Spectacle, études chorégraphiques de l’Université de Strasbourg.
 
Auteur d’articles et d’ouvrages sur les sujets d’histoire et d’esthétique de la danse publiés :
● L’Apesanteur dansée, ou le Corps dansant glorieux, L’Echappée Belle édition, 2015.
● Image[s] de la danse, édition Gourcuff Grandenigo – BNF, Opéra de Paris, 2008.
● « Les usines du rêve […] la comédie musicale, une culture de masse ? » in, Art, Culture & Industrie, édition Université de Strasbourg, 2007.
● La Danse, une culture en mouvement, édition Université de Strasbourg, 1999.
● Costumes de danse, ou la Chair représentée, édition La Recherche en Danse, Sorbonne, 1997.

Responsable de la Collection « Pointe » à L’Echappée Belle Edition, (ouvrages sur l’art chorégraphique).
Commissaire d’exposition autour d’événements croisant le patrimoine chorégraphique (restauration du tutu d’Anna Pavlova dans La Mort du Cygne, 1907) au champ des arts-plastiques (vidéo-danse, performance, installation, livre-objet).

Experte de danse pour la DRAC de Basse-Normandie, Ministère de la culture et de la communication.

 

EN PROJET
Parution du second tome de L'Apesanteur dansée chez L'Echappée Belle Edition.
Réalisation d'un ouvrage de sensibilisation à l'esthétique et à l'histoire de la danse à l'usage des professeurs de l'enseignement en collège et lycée.
Réalisation d'une exposition-colloque consécutive à la parution de l'ouvrage d'initiation à la culture chorégraphique.

 

Valérie Colette-Folliot
Professeur d'histoire
et d'esthétique de la danse


W : www.danselab.com
E : vfolliot@dansez.com

Tournage du film Trois minutes centrales - 1987
photo : Philippe Colette

Tournage du film LTDLH - 1990
photo : Philippe Colette

Signature au Salon du livre de Paris - 2015
photo : Jacques Crenn

 

« Participants